Conférence: Les jeux vidéo en bibliothèques publiques

Aujourd’hui, j’ai été invité à donner une conférence dans le cours de Réjean Savard sur les bibliothèques publiques à propos de… suspense… évidemment les jeux vidéo en bibliothèques (ainsi que le web social et la médiation numérique, mais ce sont des sujets sur lesquels je reviendrai plus tard).

Donc, après plusieurs journées de création dédiées à vulgariser le contenu de ce sujet, voici le slideshare de la présentation.

Retour sur la conférence

Au début de la conférence, j’ai demandé à la quarantaine d’étudiants ce qu’ils pensaient de la place des jeux vidéo en bibliothèque.

  • Une personne a mentionné que les jeux vidéo n’avaient pas leur place en bibliothèque.
  • La moitié a mentionné que les jeux vidéo avaient peut-être leur place en bibliothèque.
  • L’autre moitié a mentionné que les jeux vidéo avaient leur place en bibliothèque.

Je ne peux faire autrement de constater que le défi de l’acceptation des jeux en bibliothèque est encore grand, même chez les étudiants en science de l’information.

Les sujets qui ont eu le plus d’écho lors de la présentation:

  1. La dépendance aux jeux vidéo:  Une conversation des plus intéressantes s’est développée entre étudiants au sujet de la dépendance des plus jeunes et du rôle de la bibliothèque. La conclusion de l’échange: les bibliothèques sont un lieu d’encadrement (je n’aime pas ce mot) lieu social où les passions des jeunes peuvent être mélangées avec d’autres, mais aussi, complétées avec d’autres types d’art.
    Mon point de vue: que dit-on d’un jeune qui joue du piano 20 heures par semaine? Que dit-on d’un jeune qui lit 20 heures par semaine? Félicitations! Que dit-on d’un jeune qui jou 20 heures à des jeux vidéo?
    Le débat reste ouvert!
  2. Les jeux vidéo sur place. Plusieurs remarques ont été faites sur les difficultés financières de soutenir un tel  service et les conséquences potentielles sur les ressources consacrées aux autres services.
    Mon point de vue: ce n’est pas toutes les bibliothèques qui ont à offrir des jeux sur place, habituellement, les jeux sur place prennent tout leur sens dans des bibliothèques avec de l’espace et dans un quartier défavorisé.
  3. Les jeux de société en bibliothèque. Petit débat sur la place des jeux de société en bibliothèque. Nous avons discuté du prêt et du décompte des pièces. Plusieurs m’ont fait remarqué que ce n’est pas toutes les bibliothèques qui font le décompte des pièces à la remise (c’est un soulagement).
    Nous avons aussi parlé du succès des clubs de jeux de société en bibliothèques… un débat à suivre!
  4. L’aspect artistique des jeux vidéo: un étudiant a fait remarqué que les jeux violents n’avaient pas la cote chez son enfant et, qu’au contraire, la qualité des jeux vidéo (dont la série Lego) répondaient aux besoins de son enfant.
  5. Forte réaction à Jane McGonical: Quand est venue le temps de dire que tous devraient jouer au moins 1 heure par jour, la réaction de l’audience fut immédiate :)
  6. La classification ESRB. La majorité des étudiants connaissaient la classification ESRB, c’est une bonne nouvelle!

Bref, ce fut une présentation des plus intéressantes, surtout à cause du dynamisme des étudiants et de leur goût de partager leur impression sur ce nouveau support.

J’avais aussi dit que je donnerais la référence du livre de Scott Nicholson:

Nicholson, Scott. (2010). Everyone Plays at the Library. New Jersey: Information Today, Inc.

Everyone Plays at the Library

Au plaisir,

Thierry

P.S.: Pour votre information j’ai demandé à celle qui doutait des jeux en bibliothèques et elle m’a répondu qu’elle avait changé d’avis… même si elle gardait des réserves! Bon signe :)

Autres articles sur Ludicité