Le jeu musical, une critique de Video Game Live

Samedi soir, j’ai eu la chance d’aller voir le spectacle de Video Games Live, un orchestre interprétant les succès musicaux les plus populaires du monde ludique. Ils jouaient devant une salle comble à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place-des-Arts (3 000 places), là où œuvre habituellement l’OSM… mais la ressemblance entre ces deux orchestres s’arrête là…

Le show avait attiré le gratin de la culture geek et gamer de Montréal (à priori, je dirais surtout de la communauté anglophone). L’ambiance était à la franche camaraderie, aux T-Shirts de geeks et à l’hystérie. La foule disjonctée, costumée et bruyante applaudissait à tout rompre les différents interprètes qui venaient jouer une pièce leur rappelant leurs meilleurs moments ludiques.

Des applaudissements qu’ils méritaient pleinement.

Le tout était animé avec vigueur par Tommy Tallarico, un célèbre compositeur de musique ayant participé à la trame musicale de plus de 275 jeux vidéo. L’orchestre de l’université de McGill était aussi dans le coup, n’ayant eu que 3 heures de pratiques pour le spectacle, ils donnaient beaucoup d’énergie pendant les trois heures du spectacle. En fait, l’atmosphère dans la salle était contagieuse et je dois admettre que j’aurais peut-être plus aimé être dans le milieu du plancher que dans une loge.

Ok, qu’est-ce que tu faisais dans une loge, Thierry?

À vrai dire, ma présence à ce spectacle était une invitation de mon amie semi-geek Claude qui a gagné une paire de billets de Geekbecois. Merci GB!

Pour revenir sur le show, trois grands écrans présentaient les jeux pendant que l’orchestre entamait leur musique: Megaman, Castlevania, Assassin’s Creed 2, World of Warcraft, God of War, Shadow of the Colossus et bien d’autres ont reçus le traitement Video Games Live. Ils ont aussi été ponctués des medley des séries les plus populaires: Final Fantasy, Mario et Zelda.

Avec un choix impeccable de chanson, ce n’est pas pour rien que leur 2e album, Video Games Live: Level 2 ait commencé en 8e place sur le Billboard Charts.

Bon… assez de présentation, si nous voulons parler de musique et de jeux vidéo, c’est maintenant ou jamais… je vous présente donc le top 5 des chansons de la soirée:

5. Civilization 4

En cinquième place, la chanson que j’ai le plus écoutée sur repeat avant le spectacle (et aussi, la chanson gagnante du premier Grammy remis à une musique de jeux vidéo). La chanson commence à 50 secondes dans le clip.

4. Mario Medley

En quatrième position, l’interprète le plus acclamé de la soirée, Martin Leung, le pianiste-dont-le-mouvement-des-mains-ne-pouvaient-pas-être-captées-par-la-caméra-parce-que-trop-rapide et rendu célèbre par sa prestation Youtube:

3. Chrono Trigger + Chrono Cross Theme

En troisième place, les deux chansons de cette superbe série, mais, c’est surtout le thème de Chrono Cross que j’ai apprécié. Je sais que le jeu est vraiment moins bon, mais c’est une chanson que j’ai tellement écoutée en attendant la sortie du jeu.

2. One Winged Angel

En deuxième place, une des chansons les plus connus d’un jeu exceptionnel et celle qui m’a vraiment convaincu du potentiel artistique de la musique de jeux vidéo.

1. Still Alive

La meilleure chanson a avoir été jouée (en deuxième rappel) et qui a finalement clôt magnifiquement une soirée de gamer. Une chanson drôle, touchante et geek.

Finalement, ce que je retiens le plus de cette soirée fort agréable, c’est l’énergie d’une foule de gamer. C’est une sous-culture que j’apprécie énormément pour sa créativité, son humour, sa passion, son manque de jugement, son énergie et son intelligence. Tommy mentionnait souvent qu’il fallait être fier de l’industrie du jeu vidéo, surtout à Montréal, et que nous étions encore en mode reconnaissance.

Moi, quand je vois cette foule, je vois une énergie créative sans mesure. Je vois un avenir prometteur pour cette culture qui trippe à fonds sa passion et qui produit chaque jour des milliers de vidéo, d’objets et de textes pour exprimer leurs passions. Je vois aussi des jeunes et des moins jeunes assez motivés pour aller écouter 3 heures d’arrangements classiques, une activité qu’il ne ferait pas dans la majorité des cas.

En espérant que vous ayez la chance de connaître les champs d’une foule de gamers,
Thierry Robert

P.S.: Oui, j’ai un abonnement à l’OSM et j’ai moins de 30 ans.