Jeux vidéo et aînés: il n’y a pas d’âge pour les jeux

Si vous consultez fréquemment Ludicité, vous devez savoir que les études évaluent que l’âge moyen des joueurs de jeux vidéo serait autour de 33 ans (et augmentant d’année en année) et légèrement plus masculin que féminin (autour de 60%-40%).

Je dirais, sans trop me tromper, qu’il existe un écart certain entre la représentation populaire du joueur moyen (adolescent – mâle) et la réalité (adulte – mixte).

Mais, pourquoi?

Est-ce la bonne représentation du joueur-type?

Old Gamer Couple

Ou serait-ce plutôt celle-ci... ? Source: Geekadelphia.com

«Dans la représentation typique des joueurs, un groupe est fréquemment oublié: les aînés»

Dans la représentation typique des joueurs, un groupe est fréquemment oublié: les aînés. En fait, 45% des canadiens de plus de 55 ans jouent à des jeux vidéo plusieurs jours par semaine. Au Québec, selon le Cefrio, c’est 70% des séniornautes qui jouent à des jeux en ligne.

Des chiffres pour le moins impressionnants!

Selon moi, cet écart s’explique en grande partie à cause des jeux différents auxquels jouent les aînés. Où les adolescents dominent davantage le marché des jeux sur consoles, les femmes adultes compensent largement avec les jeux vidéo sociaux. Zynga (FarmVille, Mafia Wars, etc.), BigFishGames et Popcap (Bejeweled, Zuma, etc.) sont des compagnies qui ciblent particulièrement ce groupe d’âge et qui y font des affaires en or.

«Le profil-type des joueurs sociaux est une femme de 43 ans»

Ces compagnies offrent des jeux gratuits qui sont rapides à apprendre, simples et peu chronovore. Du pur divertissement, quoi.

Dans une étude financé par PopCap, le profil-type des joueurs de jeux sociaux serait une femmes de 43 ans. Selon la répartition d’âge, plus de 20% de sa clientèle serait constituée d’individus de plus de 55 ans.

L'âge moyen des joueurs sociaux

On s’éloigne rapidement du jeune adolescent…

L’arrivée de la Wii

La console de Nintendo Wii a aussi beaucoup changé la perception des jeux de consoles pour les joueurs sociaux. On favorisant une expansion de sa clientèle , Nintendo a été capable d’offrir une gamme de jeux plus accessibles à des joueurs qui connaissaient peu cet univers.

Les jeux Brain Age (développement cognitif), Wii Fit et Wii Sports (santé physique) sont de grands succès dans les maisons de retraite. Les aînés s’amusent avec le motion gaming et l’aspect social des jeux vidéo.

C’est aussi un autre des grands points forts de la Wii: l’intergénérationnel. Les jeux vidéo sur consoles n’ayant souvent aucun secret pour les jeunes, ces derniers vont montrer à leurs grands-parents comment fonctionne ces jeux plus simples. Cela permet d’effectuer une activité en famille qui rejoint les différentes générations.

Divertissement ou thérapie ?

Évidemment, ces types de jeu n’aide en rien la cause du jeu vidéo comme 10e art. Mais, au-delà de ce débat élitique, ces jeux sont surtout important, car ils servent aux aînés.

«Contrairement aux jeux chez les jeunes, le traitement médiatique des jeux vidéo pour les aînés est très positif»

À ce propos, permettez-moi de vous parler d’une de mes théories sur la représentation des joueurs qui occulte les aînés. Selon moi, la raison est simple: les aînés ont tendance à associer les jeux vidéo à une vocation thérapeutique. Contrairement aux jeunes qui “perdent leur temps” sur des jeux, le traitement médiatique des jeux vidéo pour les aînés est très positif et souligne ces aspects bienfaiteurs.

Cela expliquerait certainement pourquoi la grande majorité des articles traitent des jeux vidéo pour les aînés comme un outil thérapeutique et non comme un divertissement.

Voici une courte liste de ce qui fait les manchettes et qui constituent des effets bénéfiques du jeu vidéo pour les aînés:

En prime, deux reportages de la radio de Radio-Canada (merci Élodie) sur l’aspect thérapeutique des jeux vidéo: Désautels (17 mars 2011) et L’heure de Pointe (30 mars 2011).

Quand on est une personne âgée, jouer est tout sauf inutile…

Voilà bien une raison (ou une justification) pour mieux les intégrer dans les espaces publics…

Thierry Robert

Autres articles sur Ludicité