Ludicité http://www.ludicite.ca Sun, 31 Mar 2013 22:37:39 +0000 en-US hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.6 La fin de la Ludicité http://www.ludicite.ca/2013/03/la-fin-de-la-ludicite/ http://www.ludicite.ca/2013/03/la-fin-de-la-ludicite/#comments Sun, 31 Mar 2013 20:54:34 +0000 Thierry Robert http://www.ludicite.ca/?p=2618 Bonjour à tous,

Après quelques mois de réflexions, je vous annonce la fin “surprise” du blogue Ludicité. Mais, ne pleurez pas trop vite! L’aventure web se poursuit sur le nouveau site web de L’Arène des Bibliothèques de Montréal. Cette nouvelle plateforme permettra d’écrire de manière plus fréquente sur la culture ludique, la gamification et les jeux en bibliothèques. De plus, avec le succès du festival Montréal joue et le lancement de L’Arène, plusieurs des objectifs de Ludicité me semblent maintenant accomplis. C’est le temps de clore ce chapitre/niveau (bad-pun-intended).

Petit conseil gratuit: Avoir un blogue, c’est une expérience enrichissante que je recommande grandement à tous ceux et celles qui ont de quoi à dire. Vous seriez surpris de l’intérêt pour notre profession :)

Pour ceux et celles qui voudraient relire les articles écrits sur ce blogue, ils resteront accessibles pour une période indéterminée.

Merci à tous les collaborateurs,
Merci à tous ceux qui ont suivi ce blogue,

Et finalement, merci à tous ceux qui m’ont encouragé dans cette aventure :)

Au plaisir,
Thierry

]]>
http://www.ludicite.ca/2013/03/la-fin-de-la-ludicite/feed/ 2
Les Trois Lys 2012: Les nominés http://www.ludicite.ca/2012/10/les-trois-lys-2012-les-nomines/ http://www.ludicite.ca/2012/10/les-trois-lys-2012-les-nomines/#comments Thu, 04 Oct 2012 12:00:28 +0000 Thierry Robert http://www.ludicite.ca/?p=2573 Bonjour,

Cette année, j’ai été invité à faire partie du jury des Trois Lys, le prix récompensant les meilleurs jeux de société disponibles au Québec durant le prix. Ce prix est un excellent symbole de la maturité qu’est en train d’acquérir l’industrie du jeu de société. Il valide le rôle d’auteur de jeux de société tout en structurant la critique québécoise des jeux. Le prix gagne aussi en expérience, lui qui en est rendu à sa 3e édition.

Les Trois Lys

Les prix des Trois Lys se divisent en trois catégories: enfant, grand public et passionné. Quoiqu’il est parfois difficile de bien classer les jeux avec cette division, il s’agit d’une séparation intéressante définie selon l’accessibilité du jeu. Notons aussi que les jeux de société nominés aux Trois Lys sont ceux qui ont été disponibles, pour la première fois et non réédité, au Québec et en langue française. Il arrive donc, et c’est une particularité des Trois Lys, de mettre en nomination des jeux créés durant l’année, mais aussi des jeux qui ont apparu dans leur langue originale il y a de cela plusieurs année et qui viennent d’être traduits. Ce qui rends le travail assez exhaustif: il y avait plus de 110 jeux en nominations cette année que les jurys ont du testé, retesté et reretesté.

Je suis donc fier de vous présenter la liste des nominés 2012 des Trois Lys. J’ai invité trois experts du domaine pour analyser cette sélection et nous donner leur avis. Je vous donne rendez-vous, le 29 octobre prochain, où Normand D’Amour viendra révéler les gagnants de cette année.

Élodie Gagné Claude Ayerdi-Martin Vicky Gagnon-Moutzouris
Enfants
La course des étoiles
La cuisine des magiciens
Pirates
Pousse-monstres
Viva topo
Grand Public
Et Toque!
Kamisado  
Les mots à la bouche
Pix  
Takenoko
Passionné
Eclipse  
Goa
Kingdom Builder  
Sherlock Holmes – Détective Conseil
Trajan

: Coup de coeur || : Prédictions

Élodie Gagné

De mon côté, pour ce qui est de la catégorie Grand public mon coup de cœur et prédiction de l’année revient à Et Toque! Un jeu qui rappelle Dixit par son appel à la créativité, mais dans une thématique resserrée et distinctive : la gastronomie. J’aime ce jeu dans tous ses détails : les ingrédients inscrits sur l’ardoise, l’utilisation du marqueur, la variété des scénarios et le vote secret avec pastilles de couleur. J’ai pu y jouer dans plusieurs contextes : en famille, entre amis, avec des enfants, même à deux et chaque fois, le jeu suscite l’enthousiasme et surtout, est facilement assimilé par les joueurs moins aguerris. Son défaut serait peut-être d’être un peu franchouillard, mais pourquoi ne pas en faire une adaptation québécoise en ajoutant quelques références dans les menus et ingrédients proposés?

Un autre jeu qui se distingue dans les finalistes: Pix, dont j’apprécie notamment la présentation, le style, mais entendons-nous : pour ce qui est de l’originalité et de l’innovation… le jeu se limite à un Fais-moi dessin version branché!

Autre chouette jeu qui a été retenu par les Trois Lys : Takenoko. Pour moi, sa grande qualité est que sa thématique, en plus d’être originale, est bien ancrée avec la mécanique du jeu. Le matériel est aussi très invitant. Par contre, assurez-vous que tous partent de la même base pour les règles du jeu, car le livret d’explications laisse place à plusieurs interprétations. Dommage, car il se présente sous une forme bien rafraîchissante : Une BD! Pour ce qui est de Kamisado, autre finaliste des Trois Lys, je ne comprends tout simplement pas comment il a pu se rendre à ce stade. Un jeu de damier avec une esthétique douteuse ? Soupir… Tant qu’à déplacer des pièces, Chicane dans ma cabane est autrement plus amusant et attrayant pour cette clientèle Grand public. Autres jeux, cette fois dans la catégorie Passionné qui aurait dû passer la barre selon moi : Egizia, Québec, pour sa mécanique innovante et Ora et Labora. Heureusement, Kingdom Builder se trouve parmi les finalistes. Il s’agit d’ailleurs de mon coup de cœur dans la catégorie Passionné, mais ma prédiction elle, va à Eclipse, à mon grand désarroi. Un autre jeu de conquête et de combat dans un univers de science-fiction (quand ce n’est pas médiéval) pour rejoindre une clientèle bien ciblée, mais qui demeure bien trop stéréotypée…

Claude Ayerdi-Martin

La catégorie Lys passionné regroupe plusieurs jeux intéressants, mais aussi très différents les uns des autres. Être jurée, j’aurais eu de la difficulté à les départager!

Un de mes préférés parmi les finalistes est Kingdom Builder. Ma première partie a été tout à fait chaotique (car aucun des 4 joueurs n’avaient une idée de la stratégie), mais les suivantes se sont avérées particulièrement intéressantes. Je crois toutefois qu’il ne gagnera pas, car il est trop « grand public » face à ses concurrents.

Sherlock, quant à lui, est un étrange jeu que je considère presque être un «livre dont vous êtes le héro». J’aurais presque envie de jouer toute seule (ce qui finalement n’est pas un point positif pour un jeu de société à mon avis).

Je prédis qu’Éclipse sera le gagnant « passionné » Ce n’est pas un jeu pour lequel j’ai eu un coup de cœur, mais je lui reconnais plusieurs qualités (fortes interactions avec les autres joueurs, rejouabilité, superbe utilisation du principe du « blueprint », qualité de l’illustration, etc.). Par contre, je le trouve péniblement long, car répétitif (personne n’est d’accord avec moi, c’est probablement parce que je joue tout croche).

La catégorie Grand public regroupe 3 jeux que j’ai beaucoup aimés cette année : Et toque!, Pix et Kamisado. Et toque! me fait beaucoup penser à Dixit et c’est très positif! La thématique et le fait de pouvoir jouer à plusieurs sont ses plus grandes qualités. Par contre, le matériel se détériore vite en plus de ne pas convenir aux personnes qui ont une vue moyenne. Pix a renouvelé le traditionnel « fais-moi un dessin » de brillante façon. En plus de faire vibrer ma fibre geek, il impressionne par son matériel simple et de qualité.

Kamisado est un des rares jeux abstraits qui m’a autant plu à la première partie. La rapidité, la facilité d’apprentissage des règles et la grande stratégie m’ont convaincue rapidement.

Finalement, j’ai de la difficulté à faire une prédiction pour cette catégorie, mais je pense que Pix et Et Toque! ont beaucoup de chances.

Vicky Gagnon-Moutzouris

Ce moment de l’année est toujours intéressant puisqu’on y dévoile les tant entendus finalistes des Trois Lys. Rappelons que ce prix récompense notamment les jeux disponibles sur le marché québécois, en français, pour l’année courante. Les joueurs plus aguerris se demanderont donc pourquoi les populaires Descendance et Last Will ne sont pas dans les finalistes, et bien c’est justement qu’ils ne cadrent pas dans la politique éditoriale du prix, car ils n’étaient pas disponibles en français au moment de la sélection. Ceci explique cela, c’est aussi pour cette raison qu’on retrouve le « très vieux » Goa dans la liste des finalistes Passionné et le réédité Sherlock Holmes.

Je ne m’attarderai pas à commenter les finalistes pour enfant puisque je n’ai joué qu’à La course des étoiles, un jeu très intéressant par ailleurs. Dans la sélection des jeux Grand public j’ai eu un coup de cœur pour Et Toque! qui fait fureur chaque fois qu’on le sort, et ce, même auprès des gens n’ayant pas une très grande culture culinaire. J’ai aussi un faible pour Pix. Par contre, je le trouve peut-être un peu trop générationnel. Lorsque j’y joue avec des gens entre 25-40 ans le jeu lève vraiment, mais si je le présente à certaines personnes de mon entourage un peu plus âgées, l’intérêt tombe vite et on me demande « mais c’est quoi un pixel, c’est quoi le rapport » ;)

J’ai lu plusieurs commentaires et critiques sur le choix de placer Kingdom Builder dans les finalistes des Trois lys passionné alors qu’ailleurs dans le monde on semble plus le considérer comme un prétendant à un prix Grand public. Je peux comprendre ces critiques, car si on regarde bien la liste des finalistes du prix Grand public, on parle davantage d’une catégorie « Famille », exception peut-être de Takenoko. Selon moi, Kingdom Builder a sa place dans la catégorie Passionné et il pourrait l’avoir aussi dans la catégorie précédente. En fait, c’est un peu un entre-deux, au même titre qu’un jeu comme Carcassonne qu’on pourrait plutôt qualifier de grand public, mais qui détonerait avec le type de jeu plus familial sélectionné par les jurys.  Il y a donc une zone grise qui fait qu’un jeu tel que Kingdom Builder tombe entre deux chaises, car il n’est pas du tout dans la même catégorie que  Et Toque! et vraiment pas du même niveau de complexité qu’un Éclipse ou un Trajan. À la limite, il aurait pu concourir avec Takenoko, quoique le visuel et le matériel de ce dernier sont justement plus « famille » que Kingdom Builder. Bref, disons que c’est plus une question métaphysique qu’une remise en cause ;)

Arrivons-en justement au sujet qui nous intéresse plus particulièrement, le prix Passionné. Malgré que j’adore ce jeu, j’ai été surprise d’y retrouver Sherlock Holmes une réédition d’un jeu datant de ma naissance. Par contre, après quelques discussions, il appert que le jeu n’ayant jamais été édité en français au Québec, il mérite donc tout à fait sa place dans les nominés. Par contre, encore une fois, cela fait quelque peu « décalage », car on peut s’attendre pour le prix passionné que, justement, les passionnés aient déjà joué à ce jeu par le passé et trouve sa présence un peu anachronique. Par contre, ma plus grande surprise fut la présence de Goa, vraiment qui s’attendait à voir ce jeu ressortir du lot pour se frayer une place en finale? Ce fut donc une surprise de taille, car comme je l’ai mentionné plus haut on peut s’attendre à ce que bien des passionnés connaissent déjà bien ce jeu de 2006.

À mes yeux, les meilleurs compétiteurs pour cette section sont donc Éclipses et Trajan, deux excellents jeux de la cuvée 2012… qui ont tous deux des boites au visuel un peu sombre et noir (avouez que ça ne peut pas être qu’une coïncidence!). J’ai notamment un faible pour le premier qui, malgré sa thématique qui pourrait sembler un peu lourde, est simple, fluide et passionnant pour ce genre de jeu de conquête spatiale. De l’autre côté Trajan de Stefan Feld propose des mécaniques intéressantes qui apportent un sentiment de tension qui ravira les joueurs admirateurs des jeux de placement d’ouvriers. Évidemment, on ne peut finalement passer sous le silence l’absence un peu décevante du jeu Québec dans la liste des finalistes, un jeu québécois avec des mécaniques originales. Peut-être que la faiblesse de certains éléments graphiques ou la difficulté de saisir la thématique (construction de la ville de Québec) ont pesé dans la balance. Quoique… Trajan propose du matériel un peu terne et une thématique un peu absente aussi. J’imagine que les débats autour de la table furent très relevés à ce sujet! Sommes toutes et malgré quelque questionnement les choix sont très intéressants et soulèvent des discussions passionnantes.

Et vous, quels sont vos prédictions et vos coups de coeur 2012?

]]>
http://www.ludicite.ca/2012/10/les-trois-lys-2012-les-nomines/feed/ 10
5 choses que vous ne savez pas sur les jeux web gratuits en ligne http://www.ludicite.ca/2012/09/5-choses-que-vous-ne-savez-pas-sur-les-jeux-web-gratuits-en-ligne/ http://www.ludicite.ca/2012/09/5-choses-que-vous-ne-savez-pas-sur-les-jeux-web-gratuits-en-ligne/#comments Thu, 27 Sep 2012 12:00:34 +0000 Thierry Robert http://www.ludicite.ca/?p=2543 Les jeux gratuits en ligne n’ont pas la vie facile: Il existe une nomenclature complexe que seuls trois ou quatre vieux sages sont capables de bien expliquer. Il y a un nombre incroyable de modèles d’affaires (et donc, de types de jeux) dans le domaine du jeu gratuit en ligne: des F2P (free-to-play) comme League of Legends, des jeux pour navigateur en Flash comme Plantes contre Zombies, des jeux pour iPad/iPhone/Android comme Temple Run, des jeux téléchargeables comme N, des jeux pour Facebook, des jeux pour navigateur en HTML5, des démos, des mods, etc.

Alors, pour simplifier, j’inclus le terme “web” pour indiquer que je ne parlerai que des jeux qui se jouent en ligne dans des navigateurs en Flash ou en HTML5.

Alors, oui à FarmVille (en fait, non) et non à Angry Birds (en fait, oui).

Bref… on se comprend.

Et, les jeux web gratuits en ligne n’ont pas la vie facile! Si les jeux vidéo, en général, ont de la difficulté à se faire valoir comme un divertissement éducatif, rassembleur et artistique, les jeux web gratuits en ligne sont encore moins bien perçus socialement. Dans une mer infinie de jeux Flash, de jeux Facebook, de jeux éducatifs et de démos, les meilleurs jeux sont submergés par le gros monstre du n’importe-quoi. Mais la question est: Est-ce que les trillions de clones de Mario, Bejeweled, jeux de casino, et autres offrent un aperçu réaliste de la situation?

«Pour la grande majorité, les jeux gratuits en ligne sont perçus comme de la « perte de temps », une frivolité pour se divertir..»

Et les nombreux portails de jeux gratuits en ligne ne font rien pour aider : ils sont remplis de publicités, de jeux de qualité très variable et d’astuces marketing douteuses pour attirer des nouveaux joueurs. Pour la grande majorité, ces jeux sont perçus comme de la « perte-de-temps », une frivolité pour se divertir. Et pas dans le sens positif de récréatif, mais bien dans le sens antique de divertir : « diverger du temps utile ».

Et pourtant, c’est souvent avec les jeux gratuits que les concepteurs de jeux vidéo se sont fait les premières dents. C’est avec ce nouveau de liberté que l’on retrouve les jeux les plus à l’avant-garde et les jeux indie qui font avancer l’art vidéo-ludique. C’est en pensant à ces problèmes que j’ai décidé de présenter mes jeux gratuits en ligne favori de la dernière année sous un angle particulier: 5 choses que vous ne savez pas sur les jeux gratuits en ligne.

1. Il existe des auteurs spécialisés dans les jeux gratuits en ligne

Les auteurs sont le pain et le beurre d’un art vivant. Dans les jeux vidéo, il y a Miyamoto, Suda 51 et Kojima pour les jeux de consoles japonais. Meier, Spector et Carmack pour les jeux états-uniens. Dans les jeux de société, nous avons Randolph, Garfield et Gygax.

Pour les jeux en ligne, ils sont certes moins connus. Mais, cela ne veut pas dire qu’ils sont inexistants :  Molinari, Cooney et Ullman.

De Molinari, une histoire interactive touchante sur la mémoire.

De Ullman, un jeu d’aventure à la Zelda. Du bonbon!

2. Les jeux web gratuits en ligne sont artistiques, intelligents et tentent d’aller plus loin dans la narration.

En dehors des millions de dollars que coûte un jeu commercial, les jeux web peuvent se permettre d’expérimenter davantage. On retrouve une tonne de jeux artistique (de qualité très diverse, il faut bien le dire) où l’objectif est de repousser les limites du jeu. Nous avons donc d’excellent jeu qui essaient autre chose. 

Un jeu de plateforme à faire pleurer les coeurs durs!

Un jeu de plateforme sur la liberté. Suivrez-vous ou non les règles?

3. Les jeux web gratuits en ligne tentent de réinventer des classiques et recherchent de nouvelles mécaniques.

Oui, les jeux web gratuits en ligne utilisent souvent des concepts qui existent depuis des lunes. Des jeux de plateformes, des jeux d’aventure, il y en a des milliers.

Mais, ce qui est souvent bien, c’est ce qu’ils apportent de nouveaux comme ces 6 jeux:

Un jeu de plateforme où le mouvement fonctionne avec le rythme.

 

Un jeu de plateforme axé sur la mécanique de l’agrandissement et du rapetissement.

 

Un jeu d’aventure qui se termine en 5 secondes… ou est-ce un mirage?

Un jeu d’aventure inspiré de Metroid… et de Scrabble.

 

Un jeu de puzzle basé sur le bon vieux concept du coloriage.

Un jeu de puzzle pour les programmeurs!

4. Il existe des mécaniques de jeux qui n’existent (essentiellement) que dans les jeux web gratuits en ligne

En plus de réinventer les classiques, le meilleur des jeux gratuits en ligne ont leur propres styles de jeux que l’on ne retrouve pas sur d’autres plateformes. Ce sont surtout des jeux de type court pointe-et-clique qui y sont uniques.

La série ClickPlay est simple et magique: Trouvez le signe de Play à chaque scénette.

Vous deviendrez accro à ces jeux d’escape-the-room.

5. Les jeux web gratuits en ligne ne sont pas tous gratuits!

Une des raisons du manque de reconnaissance des jeux gratuits en ligne vient du modèle d’affaire et de tout le problème du nombre effarent de jeux. L’offre dépasse largement la demande. Il y a aussi le manque d’expertise et le manque d’intérêt général envers des recommandations de qualité.

Il y a aussi une nouvelle donne: de plus en plus de jeux web gratuits utilisent une offre alternative de paiement. Sur Facebook, c’est maintenant une avenue commune. Et en ligne, tout cela commence à entrer lentement: que ce soit par l’achat d’éléments dans le jeu ou dans sa publicité, les jeux gratuits font de l’argent.

Le démo d’un jeu similaire à Zelda disponible sur Steam a décidé d’offrir un démo  duj jeu en Flash gratuitement sur le web.

Vous pouvez trouver des walkthrough de tous les jeux mentionnés sur le site web Jayisgames.

Et vous, quels sont vos favoris et trouvailles en ligne des derniers mois?

Au plaisir,
Thierry

]]>
http://www.ludicite.ca/2012/09/5-choses-que-vous-ne-savez-pas-sur-les-jeux-web-gratuits-en-ligne/feed/ 24
La médiation de la lecture par les jeux en ligne http://www.ludicite.ca/2012/09/la-mediation-de-la-lecture-par-les-jeux-en-ligne/ http://www.ludicite.ca/2012/09/la-mediation-de-la-lecture-par-les-jeux-en-ligne/#comments Tue, 18 Sep 2012 12:00:04 +0000 Thierry Robert http://www.ludicite.ca/?p=2529 Certains extraits de ce texte sont issus d’un article scientifique paru dans la revue Documentation et Bibliothèques, numéro 58-2 (Avril-juin 2012), co-écrit par Claude Ayerdi-Martin et moi-même.

Dans mes conférences, je tente souvent d’expliquer que les bibliothécaires ont, bien souvent malgré eux, de fortes habiletés dans le domaine de la gamification. Depuis des lustres, les bibliothèques se sont donnés comme mission de donner le goût de la lecture / le plaisir de lire. Cette mission reste souvent floue, sans véritable concept pour l’encadrer et elle est souvent approchée d’une manière expérimentale. Mais si on s’y attarde, il s’agit du premier pas vers une structure ludique autour de la lecture. Ce n’est pas pour rien que les clubs de lecture se sont rapidement emparés de concept de jeux (pointage, compétition, exploration, etc.) pour motiver les lecteurs. Tout ceci alors que le goût pour la lecture est en perte partout à travers le monde (sauf dans certains pays dont le Canada, l’Albanie, le Japon et l’Allemagne).

Ceci s’inclut dans une plus grande tendance où les bibliothécaires multiplient les tentatives pour rejoindre leurs clientèles sur des supports technologiques de plus en plus diversifiés : réseaux sociaux, mondes virtuels, sites de partage de vidéos, etc. C’est par ces initiatives, qui sont en continuité avec l’idée générale de rejoindre les usagers là où ils se trouvent, que les bibliothécaires  s’intéressent à la création de jeux originaux en ligne, une activité de loisir qui rejoint 27% de la population québécoise. Présentement, ce type de création existe principalement pour attirer les jeunes sur les secteurs jeunesse des sites web des bibliothèques publiques canadiennes.

C’est pour cette raison que j’ai beaucoup d’estime pour le club de lecture d’été TD. En plus d’offrir une avenue ludique dans sa présence en bibliothèque, ils ont aussi mis sur pied un site web gamifié. Au cours de l’été, nous avons été engagés pour concevoir trois jeux pour le club de lecture d’été TD. Ces jeux, somme toute assez simple, s’ajoutent à un site web efficace où le jeu devient prétexte au goût de la lecture.

Et les résultats sont au rendez-vous : Plus de 4000 personnes ont participé aux jeux des blagues et 1200 commentaires (anglais et français) ont été inscrits sur les jeux de conceptions de fées et de robots.

Deux des trois jeux créés pour le Club de lecture d’été TD: Robot et Fée

Ces jeux sont des jeux de médiation servant à mettre en valeur des aspects du club de lecture. Voici un extrait de sa définition tirée de l’article La gamification de la médiation numérique : la conception de jeux en ligne spécialisés pour les bibliothèques.

Les jeux de médiation

Les jeux de médiation sont des jeux qui servent principalement à faire la médiation d’un produit, d’un service ou d’une institution. Les jeux de médiation ont la particularité de prioriser le contenu plutôt que le divertissement, l’objectif étant que les joueurs s’intéressent aux produits proposés et même parfois qu’ils en apprennent davantage sur ceux-ci. L’aspect ludique sert surtout à préserver le plus longtemps possible le contact entre les joueurs et le produit. Ainsi, contrairement aux jeux d’accroche, la reconnaissance du produit s’effectue de manière directe.

C’est pour cette raison que  plusieurs institutions culturelles favorisent ce type de jeu pour entrer en contact avec leur clientèle via leurs espaces web. Radio-Canada et Télé-Québec utilisent maintenant des jeux en ligne pour promouvoir les sites web de leurs émissions de télévision. Musée Éden et 19-2 sont deux exemples de séries télévisées qui utilisent des jeux pour encourager le public à poursuivre l’expérience en ligne. Les jeux liés à des séries télévisées sont habituellement échelonnés sur plusieurs semaines, donnant le goût au public de revenir visiter le site et ils servent à fidéliser le public en offrant des suppléments tout au cours de la saison.

Au Québec, les musées sont aussi adeptes des jeux de médiation qui permettent d’ajouter un aspect interactif à une exposition. Par exemple, le musée McCord propose une série de jeux complexes et diversifiés pour intéresser les gens aux expositions. Les jeux permettent d’offrir une expérience ludique originale pour faire connaître les prochaines expositions ou celles qui sont à l’affiche.

Merci beaucoup,
Thierry Robert

]]>
http://www.ludicite.ca/2012/09/la-mediation-de-la-lecture-par-les-jeux-en-ligne/feed/ 12
Kickstarter: le phénomène http://www.ludicite.ca/2012/06/kickstarter-le-phenomene/ http://www.ludicite.ca/2012/06/kickstarter-le-phenomene/#comments Thu, 14 Jun 2012 12:00:03 +0000 Vicky Gagnon-Moutzouris http://www.ludicite.ca/?p=2522 Kickstarter, c’est le nouveau site à la mode. Vous en entendez parler partout, particulièrement si vous êtes techno ou amateur de jeux. Pas si nouveau que ça me diront les plus indies d’entre vous! C’est vrai, car le site a vu le jour à New York en 2009.

Fichier:Kickstarter logo.png

«Le seuil de financement vise à protéger les investissements, votre argent ne servira pas si le projet n’est pas financé à pleine valeur.»

On Kickstart?

Kickstarter est une plateforme de financement populaire ayant pour but de financer des projets par l’entremise de vous, cher public! Les projets sont présentés sur le site et le consommateur investit ce qu’il veut pour supporter le projet. Lorsque le projet atteint le financement demandé, le paiement du participant est validé.Le seuil de financement vise à protéger les investissements, votre argent ne servira pas si le projet n’est pas financé à pleine valeur.Plusieurs entrepreneurs vous proposent aussi des récompenses qui sont choisies en fonction d’une échelle de financement. Ces récompenses peuvent parfois être très originales (un jeu, un souper, un produit humoristique) ou quelquefois un peu inutiles (des gadgets promotionnels). De son côté, Kickstarter se garde une marge de 5% pour financer son propre site. On comprend rapidement l’intérêt que peut avoir Kickstarter de mettre de l’avant les projets populaires afin qu’ils soient financés et qu’au final, ils touchent leur part sur le produit! D’un autre côté, il y a aussi Amazon qui gère les transactions du site qui conserve une marge de 3 à 5% sur chacune des ventes.

Kickstarter s’intègre donc dans la mouvance du crowdfounding et du crowdsourcing. Le premier étant le financement populaire ou participatif et le second la production de contenu par la communauté.Le financement populaire permet ainsi l’élimination des intermédiaires en proposant un cadre beaucoup plus flexible aux créateurs.Pour certains, un des objectifs est aussi d’évacuer le processus, trop lourd, des focus groups et des comités reliés à la production technologique. Le revers de la médaille étant parfois l’instabilité de certains produits. C’est un risque calculable à prendre en compte.

«Les gens veulent financer un projet pour avoir le produit à prix moindre ou avoir une exclusivité alors que l’idée n’est pas du tout d’en faire une boutique en ligne, mais bien d’encourager des entrepreneurs et les créateurs.»

On comprend rapidement l’intérêt pour les petits auteurs, les produits de niche et les compagnies émergentes de proposer des projets sur ce genre de plateforme. Kickstarter est donc une plateforme vous permettant de financer des projets et non pas une boutique en ligne pour acheter des produits. Les déceptions face à ce type de site et de financement viennent souvent de cette mésentente. Les gens veulent financer un projet pour avoir le produit à prix moindre ou avoir une exclusivité alors que l’idée n’est pas du tout d’en faire une boutique en ligne, mais bien d’encourager des entrepreneurs et les créateurs.

Justement, les créations et les idées innovantes sont très nombreuses sur Kickstarter que ce soit dans le domaine technologique, pensons à TikTok+LunaTik, une idée ingénieuse permettant de transformer un iPod Nano en montre ou Pebble : E-Paperwatch for iPhone and Android qui fut l’un des plus gros succès sur Kickstarter. Dans le domaine musical, on peut penser à Amanda Palmer qui a créé tout un engouement en y vendant son dernier album, mais en proposant aussi des concerts privés. Plus près de nous, le festival Mutek a essayé un financement par Kickstarter mais qui n’a malheureusement pas été financé à la hauteur de leurs attentes. Du côté du cinéma indépendant pensons, par exemple à Fat kid rules the world de MatttewLillard (il reste d’ailleurs quelques heures pour le supporter).

Dans les domaines du jeu

Plus intéressant pour nous c’est l’offre sur Kickstarter dans les domaines et les industries du jeu de société et du jeu vidéo. On ne peut passer sous le silence la frénésie provoquée par le projet Double fine adventure de Tim Schafer (concepteur des jeux d’aventure Monkey Island et Day of the Tentacles). Plusieurs “vieilles” séries se proposent ainsi de faire peau neuve pour ses fans dont Leisure Suit Larry, Shadowrun ou Carmageddon. Ces derniers ayant de nombreux fans, les projets ont rapidement dépassé les attentes. D’ailleurs, les « goodies » proposés étaient vraiment intéressants allant même jusqu’à un souper avec Tim Schafer!

Shadowrun Returns sur Kickstarter

Shadowrun Returns sur Kickstarter

«Plusieurs des projets ayant reçu le plus de financement sont portés par des auteurs connus déjà bien établis.»

Du côté des jeux de société, nous avons pu assister à des financements assez impressionnants. Je pense notamment à Ogre de Steve Jackson qui a allé chercher plus de 900 000$. Il y a eu aussi les succès d’Eminent Domain, et de Zombicides. Il ne faut pas non plus passer sous le silence le phénomène des rééditions sur Kickstarter notons par exemple les reprints de Tammany hall et le fameux Sleuth de Sid Jackson. Une chose est sure, plusieurs des projets ayant reçu le plus de financement sont portés par des auteurs connus déjà bien établis, mais qui souhaitent passer par un modèle moins lourd. Ces derniers ont donc les moyens de production nécessaires et potentiellement les moyens de commercialiser le produit.

Ogre sur Kickstarter

Ogre sur Kickstarter

Pour certains, les sites tels que Kickstarter proposent une véritable révolution dans l’industrie si on y ajoute le pouvoir des médias sociaux et le buzz potentiel pouvant être généré par des blogues bien en vue l’effet viral peut porter fruit. Reprenons l’exemple de TikTok+Lunatik qui a vu son financement bondir suite à un billet sur Gizmodo. Ainsi, le marketing du produit reste un élément essentiel à prendre en compte. Bien sûr il y a un côté plus sombre, c’est-à-dire tous les projets n’ayant pas accumulé le financement nécessaire et qui sombre dans l’oubli. Pour que le projet fonctionne il faut donc que le créateur soit crédible, se rappeler qu’on a affaire à des investisseurs qui sont des consommateurs et non des experts et surtout communiquer le plus possible pour éviter de semer le doute sur le projet.

Des inquiétudes?

Plusieurs doutes sont tout de même soulevés au sujet des sites de financement populaire comme Kickstarter. Certains croient que le succès du site créera sa chute. S’il y a un trop grand nombre de produits, le financement public sera alors dilué et les projets ne trouveront pas le financement nécessaire.

Pour d’autres le problème avec Kickstarter est plus du côté de la compétition malsaine pouvant se jouer entre les différentes plateformes. Par exemple si un produit très en vogue est lancé sur deux sites web distincts, il y aura une compétition marketing qui se créera pour faire connaitre et vendre le produit. Comme le web n’est pas autant régulé que les médias dit traditionnel, cette lutte pourraient potentiellement se faire sur de la désinformation et créer des problématiques importantes liées au financement des gens. Évidemment, répondront les partisans de ce type de financement, que l’on parle d’une situation hypothétique, qui risque de se régler par la domination d’une plateforme et la réputation de cette dernière.

Plus réaliste l’une des craintes soulevées par les utilisateurs de Kickstarter est reliée à la commercialisation et à la production du produit une fois le financement obtenu. Cet élément explique régulièrement que les gens doivent attendre parfois assez longtemps avant de recevoir le produit financé et les « gadgets » associés au financement. Parfois, même à la réception du produit le participant peut être assez déçu de sa qualité. Le financement reste assez aléatoire lorsque le créateur n’est pas connu. Ceci est particulièrement vrai pour les projets plus techniques qui demandent des moyens de production importants.

Cette crainte rejoint aussi celle des intermédiaires de productions qui y voient une compétition injuste et pour certains, la perte d’acquis. Kickstarter peut sembler mettre en péril les intermédiaires de l’industrie que ce soit les éditeurs, des distributeurs ou les boutiques. On peut, au contraire, penser que lancer un produit sur Kickstarter permet de faire une preuve de concept, c’est-à-dire de démontrer qu’un jeu serait très populaire en magasin et ainsi s’assurer d’un succès commercial pour l’éditeur qui le prendra en charge par la suite. D’un autre côté, en passant Kickstarter un auteur de jeu pourrait justement vouloir passer outre la chaîne de production traditionnelle. Dans ce cas, il doit s’assurer de fournir à la demande. Pensons à un auteur qui propose un jeu sur Kickstarter et qui se retrouve avec un financement viral. Il doit alors planifier la suite de la chaine de production qu’il a lui-même « bypassé » en allant sur Kickstarter. À ce moment on peut penser qu’un éditeur le contactera ou qu’il se joindra à d’autres personnes expérimentées pour lancer la production et la livraison du produit. Intervient alors le concept du crowdsourcing, phénomène mentionné ci-haut, proposant la production de contenu par une communauté d’intéressés.

Pour en savoir plus : http://www.delicious.com/vicky.bookmark/kickstarter

Que pensez-vous de Kickstarter?

Avez-vous déjà supporté un produit?

Comment s’est passé votre expérience?

Répondez-nous à @VikiG ou à @ludicite_ca.

]]>
http://www.ludicite.ca/2012/06/kickstarter-le-phenomene/feed/ 34
De l’humour de bibliothécaire, partie II http://www.ludicite.ca/2012/05/de-lhumour-de-bibliothecaire-partie-ii/ http://www.ludicite.ca/2012/05/de-lhumour-de-bibliothecaire-partie-ii/#comments Tue, 29 May 2012 12:20:54 +0000 Thierry Robert http://www.ludicite.ca/?p=2504 Bonjour à tous,

Il est désormais fort connu que les bibliothécaires ont un sens de l’humour très spécifique! Une nouvelle satyre vient de naître sous la plume de HEMA-JOA/JOA qui écrit dans le journal Argus. Ludicité a l’honneur de vous présenter en primeur leur première bande dessinée en TECHNI-COLOR!

L'infâme-bibliothécaire

Cet article est une présentation d’Argus:

revue Argus

Argus - Édition l'Humain

Au plaisir,

Thierry

]]>
http://www.ludicite.ca/2012/05/de-lhumour-de-bibliothecaire-partie-ii/feed/ 8
Un argumentaire pour les jeux vidéo en bibliothèques http://www.ludicite.ca/2012/04/un-argumentaire-pour-les-jeux-video-en-bibliotheques/ http://www.ludicite.ca/2012/04/un-argumentaire-pour-les-jeux-video-en-bibliotheques/#comments Fri, 27 Apr 2012 16:04:59 +0000 Thierry Robert http://www.ludicite.ca/?p=2475 Au cours de la conférence de presse qui s’est déroulée aujourd’hui à la Bibliothèque Saint-Michel, nous avons appris que 27 bibliothèques de la Ville de Montréal allaient maintenant offrir plus de 5000 jeux vidéo à leurs usagers. L’investissement massif dans ce nouveau type de document n’est pas opportuniste, c’est une décision réfléchie pour mieux répondre à la mission des bibliothèques publiques. Par contre, comme à l’arrivée de tous les nouveaux supports, plusieurs questions sont posées.

Développer un argumentaire pour faire comprendre la mission des jeux vidéo en bibliothèque peut être important quand vient le temps de discuter avec des membres de l’équipe, avec des usagers ou avec les élus. Cette série d’arguments est tirée en partie du livre Everyone Plays at the Library écrit par le bibliothécaire et professeur universitaire Scott Nicholson et peut aider à combattre certains préjugés et à éclaircir le lien entre bibliothèques et jeux vidéo.

1. Quel est le lien entre les jeux vidéo et la bibliothèque, un lieu pour les livres?

Dorénavant, les bibliothèques sont bien plus qu’un dépôt de livres! Elles offrent d’ores et déjà plusieurs autres formes de produits culturels comme la musique et les films. Poser cette question, c’est ne pas comprendre la nature holistique des bibliothèques modernes et ne pas comprendre la valeur du jeu vidéo en tant que produit culturel.

Historiquement, les bibliothèques possèdent des jeux depuis des décennies que ce soit sous la forme de jeux de société ou de livres-jeux. Dès 1850, des bibliothèques américaines avaient des clubs d’échec et des clubs de bridge. Au fil des années, elles ont intégrés des soirées de Scrabble, des jeux dans les clubs d’été, des animations ludiques et, plus récemment, des jeux sur les ordinateurs publics.

La Parenthèse, un exemple de milieu de vie

La Parenthèse, un exemple de milieu de vie

2. Pourquoi financer les jeux vidéo, des produits qui ne sont pas utiles à la société et qui ne sont pas de l’art, au détriment de la lecture?

Le débat à savoir si les jeux vidéo sont de l’art est complexe et demande une analyse intéressante sur la définition de l’Art. Voici tout de même quatre cas qui pourraient faire changer d’avis certains détracteurs.

Les jeux vidéo ont été intégrés dans plusieurs musées et expositions internationales : le Smithsonian American Museum of Art, à Washington lui consacre l’exposition «The Art of Video Games » tout comme le Grand Palais de Paris pour « Game Story : Une histoire du jeu vidéo » et le Computerspiele Museum à Berlin.

En juin 2011, la cour suprême des Etats-Unis reconnaissait les jeux vidéo comme une forme d’art. Une clause californienne pour bannir la vente des jeux vidéo violents aux Etats-Unis a été invalidée, car les jeux vidéo méritaient d’être couverts par le 1er amendement et ainsi, rejoindre le livre, la musique, les films, etc. Dans le jugement, les juges ont mentionné que la violence dans l’art n’avait rien de nouveau si on se fiait aux contes pour enfants des Frères Grimms.

En mai 2011, l’institut « The National Endowment for the Arts » ajoutait le jeu vidéo comme un produit pouvant demander un financement. Cette agence culturelle étatsunienne (l’équivalent canadien du Conseil des Arts du Canada) aide les artistes et les institutions culturelles du pays.

Lors de l’annonce du partenariat entre Warner Bros. Games et Bibliothèques et Archives nationales du Québec, le président-directeur général Guy Berthiaume a qualifié le jeu vidéo de « 10e art ».

flower-game-screenshot-1

Flower, un jeu vidéo artistique

3. Pourquoi la communauté montréalaise devrait-elle investir dans les jeux vidéo?

En plus d’être un produit artistique, trois autres raisons expliquent le raisonnement derrière un tel financement : sa popularité, la création locale et le retard des Bibliothèques de Montréal.

En effet, chaque copie des jeux vidéo est empruntée en moyenne plus de deux fois par mois ce qui les rends plus populaires que lesbest-sellers. Et, ce sont toutes les collections de la bibliothèque qui sont revitalisés par les jeux vidéo : un sondage de l’ALA (American Library Association) démontrait que plus de 75% de ceux qui profitaient des jeux vidéo utilisaient d’autres services ou d’autres collections de la bibliothèque.

L’intérêt des Bibliothèques de Montréal souligne aussi le dynamisme de la Ville pour l’industrie du jeu vidéo. Hôte du plus grand studio international de jeux vidéo en Occident et reconnu comme une plaque tournante à travers le monde, l’industrie crée 7000 emplois directs à Montréal uniquement.

Néanmoins, les 43 Bibliothèques de Montréal accusent un retard important devant les autres grandes villes canadiennes dont Québec (2500 jeux dans les 25 bibliothèques) et Ottawa (4000 jeux dans les 34 bibliothèques). Au Canada, sept des dix plus grandes villes possèdent des collections de jeux vidéo sur l’ensemble de leur territoire.

Montréal, capitale mondiale du jeu vidéo

4. Qu’est-ce que le jeu peut apporter aux besoins de littéracie, d’éducation et d’apprentissage à la lecture?

Plusieurs jeux nécessitent une partie importante de lecture, ce qui rejoint la conception initiale de la littéracie (c’est-à-dire l’apprentissage de la lecture et de l’écriture). En plus des manuels du joueur, une majorité de jeux utilisent du texte pour transmettre l’information aux joueurs (histoire, menu, règles, etc).

De plus, le jeu aide aussi aux développements d’apprentissages plus complexes. Dans son livre What Video Games Have to Teach Us about Learning and LiteracyJames Paul Gee présente 36 principes qui sont enseignés aux joueurs. Ceux-ci incluent la prise de risque, la résolution de problèmes et le développement par la pratique. Selon l’auteur, ceux qui jouent à une grande variété de jeux sont plus résilients aux changements dans la vie à cause de leur plus grande capacité d’adaptation.

En raison de leur complexité, de nombreux jeux requièrent aussi une recherche d’information assidue pour trouver des solutions à leurs problèmes. Les joueurs créent des bases de données gigantesques, des guides et des communautés pour documenter les différents aspects du jeu. Ce n’est pas pour rien qu’à certains moments, le deuxième Wiki (après Wikipédia) le plus massif soit WikiWoW, qui traite du jeu en ligne World of Warcraft.

Il existe de plus en plus de connexions entre les joueurs et les lecteurs. Plusieurs jeux ont en effet des contextes historiques ou culturels importants. Si ce contexte intéresse les joueurs, ils peuvent en apprendre plus sur ces derniers par la lecture. Un jeu sur la musique peut inspirer le joueur à consulter un ouvrage sur la musique comme un jeu historique peut intéresser le joueur à des documentaires sur l’histoire. Les bibliothèques ont un rôle à jouer pour satisfaire les intérêts des joueurs avec des services traditionnels.

wow BD

World of Warcraft, en BD

5. Que faire de la violence dans les jeux vidéo ?

À cause du caractère parfois violent des jeux vidéo, certaines personnes sont inquiètes de voir les bibliothèques les valoriser. Pourtant, dans un jugement rendu par la cour suprême des États-Unis, les arguments psychologiques sur l’impact de la violence chez les joueurs ont été considérés comme étant non-concluantes.

Par contre, si les bibliothèques prêtent des jeux, les mêmes politiques de développement de collection devraient être utilisés pour les films et les livres violents. Si le jeu est joué dans les murs de la bibliothèque, il faut s’assurer que la sélection réponde à un besoin particulier. S’il y a un objectif précis pour l’animation qui nécessite un jeu vidéo violent, alors vous avez la réponse à votre question. Comme les bibliothèques n’ont pas à acheter tous les livres produits, ils n’ont pas à acheter tous les jeux vidéo produits.

De plus, les Bibliothèques de Montréal respectent la classification ESRB (Entertainement Software Rating Board) pour s’assurer que les usagers n’est accès qu’à des documents destinés à leur groupe d’âge. Ainsi, un jeune de 16 ans et moins ne pourra pas emprunter des documents classés M (Mature en anglais ou Jeunes adultes). En plus de se conformer à la classification, les bibliothécaires se font un devoir d’informer les usagers de ce système encore très peu connu chez le public en général.

ESRB

La classification ESRB, de l'information à faire connaître

6. Que faire de la dépendance aux jeux vidéo ?

Le concept de dépendance n’est pas juste applicable aux jeux – d’autres formes de média comme les livres, la musique et les films peuvent aussi être autant dépendant. En fait, les bibliothèques essaient de « rendre dépendants » leurs usagers à la lecture depuis des décennies. Toutes les activités récréatives peuvent rendre dépendantes : demandez à quelqu’un qui est resté réveillé pour finir un roman qu’il aimait ou pour regarder les dernières émissions d’une série télévisée. Le jeu n’est pas différent des autres formes d’activités récréatives.

Videogames

7. Alors, quel est le lien entre jeux vidéo et la mission des bibliothèques?

Il est surtout important que les jeux vidéo supportent la mission de la bibliothèque. Comme les jeux vidéo prennent des ressources des autres activités de la bibliothèque, ces services de jeux doivent être développés en lien avec ces autres services. Même si les jeux sont fun, ce n’est pas une justification suffisante pour les élus et certains usagers irrités par la présence et le bruit des jeux vidéo.

Selon un sondage de l’ALA, les trois principaux rôles des jeux vidéo en bibliothèque sont : attirer une nouvelle clientèle en bibliothèque, offrir un nouveau service pour les usagers et aider les usagers de la bibliothèque à interagir entre eux. Les jeux vidéo peuvent aider à transformer la bibliothèque en un centre de la vie communautaire pour tous. Pour plusieurs usagers, discuter et interagir autour des jeux vidéo à remplacé ce qui étaient autrefois créé par les livres, la musique ou les films. Ce n’est qu’un nouveau type de document qui répond à un besoin réel de la clientèle.

En résumé, les jeux vidéo sont ni plus ni moins qu’un nouveau type de document qui répondra aux besoins d’une nouvelle clientèle.

Pour les bibliothécaires, il s’agit d’une excellente occasion pour s’inscrire dans la chaîne du jeu vidéo en informant la population sur les jeux vidéo : classification ESRB, violence, dépendance, etc.

Citation sur la bibliothèque de Queensland

À vos jeux,
Thierry Robert

]]>
http://www.ludicite.ca/2012/04/un-argumentaire-pour-les-jeux-video-en-bibliotheques/feed/ 19
Gamification des bibliothèques http://www.ludicite.ca/2012/04/gamification-des-bibliotheques/ http://www.ludicite.ca/2012/04/gamification-des-bibliotheques/#comments Tue, 24 Apr 2012 12:00:34 +0000 Thierry Robert http://www.ludicite.ca/?p=2457 Le 3 avril dernier, je donnais une conférence sur le développement de la pensée critique par les jeux en ligne dans le cadre du colloque – Autour de l’adulte de demain: Développer l’enfant philosophe et critique par la littérature jeunesse dans la société du savoir. C’est avec grand plaisir que je vous présente la présentation modifiée qui traite de la gamification de l’éducation, de la littérature et de la littéracie dans les bibliothèques.

Bonne lecture.

Gamification de l’éducation et des bibliothèques

Voir d’autres présentations de Thierry Robert

La gamification de la littéracie et de l'éducation dans les bibliothèques

Merci d’avance,
Thierry Robert

]]>
http://www.ludicite.ca/2012/04/gamification-des-bibliotheques/feed/ 14
Critique de jeux de société pour Ipad http://www.ludicite.ca/2012/04/critique-de-jeux-de-societe-pour-ipad/ http://www.ludicite.ca/2012/04/critique-de-jeux-de-societe-pour-ipad/#comments Fri, 13 Apr 2012 12:00:59 +0000 Vicky Gagnon-Moutzouris http://www.ludicite.ca/?p=2437 Au mois d’octobre dernier, je vous avais parlé de ma découverte du siècle : les jeux sur iPad! Bien sûr, je venais à peine d’acquérir l’objet de mes désirs et de réaliser que ledit objet semblait parfait pour assouvir ma passion pour les jeux de société. Depuis, de nouveaux jeux ne cessent de paraître et ce nouveau monde se transforme en univers.

Je le dis d’entrée de jeu, je n’ai pas testé toutes les applications que je vous présente aujourd’hui… Pour pouvoir le faire j’aurais dû posséder plus de 24h dans une journée et surtout, être financé par Ludicité… je dis ça comme ça…

Les sorties de l’année

Caylus – iPod et iPad - 4.99$

Caylus Ipad

C’est de la dynamite! Le design est très bien fait, l’interface est superbe.  Le jeu se joue entre 2 et 5 joueurs, on y retrouve l’option de jouer en ligne et des AI ont différents niveaux de force.  On y retrouve aussi, de belles images de jambon pour remplacer les cubes roses! Le jeu propose un bel équilibre entre la version de plateau et l’application iPad. Les petits hics relevés par les utilisateurs sont principalement reliés à l’absence de bouton annuler et au tutoriel un peu limité. Malgré tout, cette application fait presque l’unanimité dans la communauté!

Dominion (Dominion by Donald X. Vaccarino) – iPhone et iPad – Gratuit

Dominion - Ipad

Je n’avais pas rejoué à Dominion depuis quelque temps,  la sortie sur iPad me l’a fait redécouvrir. L’application est très bien faite. Il s’agit d’une application gratuite, car le jeu est toujours en développement. Malgré tout, ça roule très bien. J’ai apprécié la qualité de l’interface, les AI qui sont de calibres intéressants, le fait de pouvoir créer son « set » de jeu et surtout la rapidité. Ça se joue très, très  rapidement, ce qui est, en soit, une tentation… puisqu’on arrête jamais en se disant : aller! Une petite dernière :) Le mode pour jouer en ligne se fait via Game center est n’est disponible qu’à deux joueurs, ce qui est un peu dommage. Cependant, je ne me plaindrai pas trop pour une application gratuite (pour l’instant).

Blue LioniPad et iPhone – 1.99$

Blue Lion - Ipad

Je n’ai pas testé cette application, mais elle est bien appréciée des critiques. Le jeu paraît très intéressant et fluide. On peut jouer à deux directement sur le iPad placé au centre… ça me semble une agréable combinaison pour jouer avec son amoureux confortablement installé dans un lit. Pour ceux qui préfère jouer sans partenaire,  la possibilité de jouer contre un AI est aussi disponible ;)

TimelineiPad – 2.99$

Timeline Ipad

Timeline est un jeu qui me semblait assez simple à transposer sur iPad.  Vous pouvez y jouer entre 1 et 4 personnes. En mode deux joueurs, c’est possible de jouer côte à côte avec le iPad entre les deux joueurs, encore un jeu de couple ;) En mode multijoueurs, il n’est toutefois pas possible de jouer en ligne. Cependant, certains diront que c’est un mal pour un bien, parce que Google n’est jamais très loin et ça évite la triche! Finalement vous pouvez aussi utiliser le mode solo où il est possible de jouer la version classique ou la version défi. L’application propose un visuel superbe et reproduit assez bien l’essence du jeu. Certains pourraient toutefois trouver le texte des cartes un peu petit, principalement lorsque l’on joue à deux. Autre détail intéressant, l’application permet de mélanger les extensions du jeu, offrant ainsi plus de profondeur.

SmallWorldiPad – 6.99$

SmallWord iPad

L’application SmallWorld est l’une des plus chers dans la liste présentée aujourd’hui. Le jeu se joue seulement à deux personnes ce qui pourrait lui engendrer de féroces critiques. Or, ce n’est pas du tout le cas! Le jeu est franchement bien fait et le graphisme est très beau puisque le jeu a visiblement été construit pour le iPad. Il est possible de jouer avec les extensions, ce qui offre une profondeur et une rejouabilité intéressante. Les critiques sont très bonnes et on espère donc qu’une version pour jouer en ligne à 3 ou 4 personnes se développe prochainement.

Les flops…

DixitiPad et iPhone – Gratuit

Dixit - iPhone

À chaque fois que je regarde pour cette application sur iTunes… le prix ne cesse de baisser! Pensons-y quelques instants,  à quoi s’attendre d’un jeu si intéressant en groupe et nous permettant d’en apprendre plus sur les gens avec qui on joue, lorsque ce jeu est sur une plateforme un peu impersonnelle… ça donne Dixit. Si vous lisez les commentaires sur l’application, les gens disent que la communauté souffre d’un manque de joueurs et que le jeu perd beaucoup de sa substance sur iPad.

CycladesiPad – 5.99$

Cyclades iPad

Pas d’AI, pas de plaisir ! La plupart des critiques s’entendent pour dire que l’application est excellente, belle et bien faite. Toutefois, le jeu ne se joue qu’à deux et il n’y a pas d’AI, ni de mode en ligne, alors que toute la substance du jeu peut se développer en groupe. Ce qui donne donc, un jeu qui était très attendu, mais aussi très décevant pour les fans.D’ailleurs, je ne sais pas si c’est réglé, mais à sa sortie il n’y avait pas de tutoriel avec le jeu… pas facile donc à apprendre si vous n’aviez jamais joué. On s’attend donc à ce que le produit se raffine avec le temps!

Les chouchous tant attendus…

Alors juste pour vous « teaser » un peu et pour m’assurer que tous ceux qui n’ont pas de iPad me déteste ou se ruent vers les magasins s’en acheter un, voici les prochaines sorties, celles qui me font saliver d’envie !

Eclipse

Prévu pour ce printemps

Si je considère que Caylus c’est de la dynamite, Eclipse sera surement de la bombe! Surtout que ce sont les mêmes développeurs qui  travaillent sur l’application.

Trough the ages

Prévu pour mai 2012

À partir de mai 2012, ma vie risque de subir toutes sortes de changement, dont celui de ne plus jamais dormir si cette application voit le jour! On peut se douter que les parties seront longues, plaisantes et passionnantes… j’ai hâte!

Agricola

Prévu pour… là!

L’application devrait arriver sous peu, la date de sortie était prévue pour l’hiver passé, on s’attend donc à une annonce bientôt!

Race for the Galaxy

2012

Race for the Galaxy, ou RftG pour les intimes, ne passera certainement pas inaperçu. J’en connais 2-3 qui vont pleurer de joie à sa sortie, car c’est bien connu que RftG est un de ces jeux romantiques à apporter en voyage :)

À présenter prochainement

7 wonders

Le Havre

Thunderstone

Tigre et Euphrate

Tikal

Zombiaki

Oui, il y en a surement d’autres et je suis certaine que ceux qui suivent ces sorties de près se feront un plaisir de me le rappeler… alors lâcher vous lousse et n’hésitez pas à nous le dire en commentaire!! N’hésitez pas non plus à débattre ou à m’obstiner si vous n’êtes pas d’accord avec mes critiques ;)

Après avoir passé plusieurs heures à jouer à Porto Rico, je vais surement sauter quelques nuits à jouer à ces nouveautés! Bref, le mixe iPad et jeu de société peut vraiment vous rendre accro…

Vicky Gagnon

]]>
http://www.ludicite.ca/2012/04/critique-de-jeux-de-societe-pour-ipad/feed/ 22
Les jeux sérieux, partie II: La compétence québécoise http://www.ludicite.ca/2012/03/les-jeux-serieux-partie-ii-la-competence-quebecoise/ http://www.ludicite.ca/2012/03/les-jeux-serieux-partie-ii-la-competence-quebecoise/#comments Wed, 21 Mar 2012 10:00:53 +0000 Thierry Robert http://www.ludicite.ca/?p=2423 Dans la première partie de mes articles sur les jeux sérieux (parue l’année dernière), je discutais du potentiel éducatif de l’apprentissage par les jeux et je tentais de définir l’expression «jeux sérieux».

En 2009, le gouvernement français investissait 30 millions d’Euro dans le domaine des jeux sérieux. C’est 47 projets qui sont nés directement de cette initiative. Nous assistons même à l’embauche de concepteurs de jeux sérieux chez Bordas, un des grands éditeurs de manuels scolaires français. Le jeu prends donc une place de plus en plus importante dans le système d’éducation français.

Et, en ce moment, c’est en Belgique que nous retrouvons le site web incontournable pour la veille sur les jeux sérieux: SeriousGameBE |@SeriousGameBE.

Et au Québec…

Même si le Québec reste encore loin de cet intérêt pour le jeu sérieux, nous pouvons quand même être fier des initiatives québécoises. Ici, c’est la compagnie CREO (Sciences en jeu | @Scienceenjeu) qui reste le fer de lance dans le domaine. La compagnie développe surtout des jeux de vulgarisation scientifique comme Forestia, Rana et Physica. Le dernier de leur projet, Mécanika, est un jeu de simulation de physique servant à apprendre des concepts issus de la physique (inertie, force centrifuge, etc.).

Mecanika

J’ai une forte appréciation de ce jeu: drôle, simple et accessible, Mécanika permet d’entrer en contact simplement avec les concepts de base de la physique. Évidemment, côté conception de jeu, Mécanika reste bien similaire à d’autres jeux de physique, mais ce qui en fait sa force, c’est dans les détails: narration, graphisme et structure des tableaux sont très léchés. Rien étonnant du point de vue de la qualité, le principal concepteur, François Boucher-Genesse, ayant travaillé sur Halo 3 et Halo Reach.

Comme quoi l’intérêt existe au Québec, Mécanika a été le sujet d’un topo sur Découvertes, le 5 février dernier. Malgré que le topo n’utilise jamais l’expression «jeux sérieux», mais bien «jeux de réflexion»… ce qui est bien étrange.

Mecanika_Decouverte

Lien vers le topo de Découverte sur Mécanika

Aussi… un intérêt académique pour les jeux sérieux au Québec

Un autre signe de l’intérêt pour les jeux sérieux au Québec, une chaire de recherche à Polytechnique existe dans le domaine des jeux sérieux: Mati Montréal. J’ai aussi eu la chance de me rendre à la conférence de M. Emmanuel Mandart dans le cadre de mon travail sur Escouade B. Étudiant à la maîtrise en didactique, M. Mandart s’intéresse à l’impact de la narrativité via le level design (conception de niveau) dans l’apprentissage. Il s’intéresse justement à analyser le comportement de 200 étudiants du secondaire dans leur compréhension du jeu Mécanika avec le test Force Concept Inventory.

Et si M. Mandart m’a appris une chose dont je vais me souvenir: c’est sa manière d’expliquer l’apprentissage dans les jeux sérieux via le modèle des Lego. C’est simple: l’apprentissage peut se faire de manière structuré ou non, mais ce vers quoi il faut tendre, c’est d’offrir un environnement ouvert tout en guidant le joueur.

Lego_Apprentissage

L’idée de ce piètre dessin est fort simple: plus qu’un jeu offre un level design directif, plus l’apprentissage fait par le joueur est celui qu’on attends. Et dans le cas des jeux sérieux, c’est souvent un problème récurrent: nous voulons effectuer des apprentissages précis et il est difficile de laisser aller le joueur avec une grande liberté. D’un autre côté, si on laisse trop de liberté, il y a, en effet, le risque que l’apprentissage soit diffus et confus. Un juste équilibre tends à offrir une certaine liberté dans l’apprentissage du joueur tout en étant valorisé par une liberté.

Thierry
P.S.: Si on y pense un peu, c’est une idée d’apprentissage qui peut tout à fait bien s’adapter en bibliothèque…

]]>
http://www.ludicite.ca/2012/03/les-jeux-serieux-partie-ii-la-competence-quebecoise/feed/ 9